Panel Socio-Economique Liewen zu Lëtzebuerg III (PSELL3)
    Le PSELL 3 (Panel Socio-Economique Liewen zu Lëtzebuerg) est une enquête réalisée auprès des personnes et des ménages résidants au Grand-Duché afin d'appréhender leurs conditions d'existence. Ce panel, qui court depuis 2003, sert à construire et à tester des indicateurs sociaux et économiques et à évaluer l'impact des politiques économiques et sociales sur les conditions d'existence de la population, notamment en matière de revenus, travail, sécurité sociale, éducation, santé, logement, transport, consommation et épargne.
    Enquête BCL résidents (national) (HFCS-LU)
    L'enquête sur « le comportement financier et de consommation des ménages résidant au Luxembourg », menée conjointement avec la Banque centrale du Luxembourg (BCL), vise à établir un bilan de la situation financière des ménages privés au Luxembourg. Les résultats de cette enquête permettent de mener des recherches avancées et ainsi garantir un fondement encore plus solide à la politique monétaire commune. L'enquête fait partie d'un projet européen, nommé « Household Finance and Consumption Survey », qui est organisé dans le cadre de l'Eurosystème et coordonné par la Banque centrale européenne.
    Pratiques de négociation des délégations du personnel au sein des entreprises (IRP)
    Dresser un état des lieux du dialogue social au sein des entreprises et comprendre les pratiques de négociation des délégations du personnel.
    Enquête Pratiques Organisationnelles et Managériales des Entreprises (POME)
    L'enquête POME a pour but de collecter des données auprès des entreprises en vue d'établir des statistiques sur leurs pratiques organisationnelles et managériales. Elle s'adresse aux entreprises résidentes, de 15 salariés et plus, menant des activités marchandes sur ou à partir du territoire économique luxembourgeois.
    MDYNRFC (Essandre CFB et INCCI)
    Cette base de données est le fruit de la collaboration avec l’Institut national de Chirurgie Cardiaque et de Cardiologie Interventionnelle (INCCI) dans le cadre du projet de recherche MDYNRFC financé par le Fonds National de la Recherche (FNR) [Project FNR/C12/BM/3978355: Monitoring and Dynamics of Health Status through the Risk Factors for Cardiovascular Disease in Luxembourg]. Elle est composée des données médicales, démographiques et socio-économiques des patients souffrant de Maladies Cardiovasculaires (MCV). Il s’agit de patients initialement admis à l’INCCI pour un examen des coronaires en 2008/2009. Les données ont été collectées et saisies par l’INCCI afin de préserver la confidentialité et l’anonymat des informations. Cette base de données comprend des informations de 2008/2009 et de l’enquête de suivi réalisée en 2013/2014. Les principales dimensions liées à la vie des patients abordées sont l’état de santé, le mode de vie, la relation avec le médecin, la situation sociale et professionnelle et la qualité de la vie.
    Enquête mobilité des employés des institutions européennes à Luxembourg et à Strasbourg (ACROSS)
    Les données sont basées sur une enquête traitant de la mobilité, des perceptions de la ville et de la localisation des activités des employés de trois institutions de l'Union Européenne à Luxembourg (la Banque Européenne d'Investissement et la Cour de Justice de l'Union Européenne, échantillon valide de 370 individus) et à Strasbourg en France (le Conseil de l'Europe, échantillon valide de 145 individus). Ainsi, au total, un échantillon valide de 515 individus est disponible dans le jeu de données. L'enquête a été réalisée en novembre- décembre 2012. L'échantillon contient une population avec des différences socio-culturelles et des qualifications très élevées partageant un même lieu de travail, ce qui en fait un échantillon adapté aux études des effets socio-culturels sur les comportements en termes de mobilité. Les données ont été collectées via une enquête en ligne sous la supervision et l'assistance du responsable des ressources humaines de chacune des institutions respectives afin de favoriser un bon taux de réponses. Il a été demandé aux répondants d'indiquer leur pratique de mobilité concernant les déplacements professionnels, leurs attitudes envers les moyens de transport ainsi que leurs caractéristiques socio-démographiques. Le taux de réponse varie de 6,2% à 11,2%. Concernant les informations géographiques, la résolution est définie au niveau des rues ou des quartiers pour les lieux de résidence, les lieux de travail et les lieux d'activités de chaque individu.
    Digital land use map from orthophotos in Luxembourg (Building Footprints)
    Carte de l'occupation du sol au Luxembourg (Empreinte du bâti)
    Base de données d'utilisation du sol concernant les couches des bâtiments et autres zones artificialisées dans les périmètres d'agglomération (PA) pour l'ensemble du Grand Duché de Luxembourg. Ces données sont classées en trois classes simples (Bâti, autres surfaces artificialisées, surfaces non-artificialisées). La principale qualité de cette base se situe dans l'occurrence de sa mise à jour : 2001, 2004, 2007, 2010, 2013, et cela à une échelle géographique fine.
    Enquête Mobilité des Frontaliers (EMF)
    L'Enquête Mobilité des Frontaliers (EMF) voit sa première phase se réaliser à l'automne 2010. Le champ de l'enquête concerne les actifs frontaliers résidant dans un périmètre permettant un aller-retour vers le lieu de travail dans la journée, soit 130 300 frontaliers sur les 146 600 en décembre 2009 (source IGSS). Dans ce périmètre, l'échantillon a été stratifié spatialement selon 25 secteurs de résidence pour envoyer 40 000 courriers et questionnaires. Ce lot correspond à la première phase du questionnaire composé des thématiques classiques d'une « enquête déplacements », tout en veillant à l'adaptation du questionnaire sous format papier (9 pages) et à un mode de passation auto-administré. La première phase intègre donc les thématiques sociodémographiques essentielles (types de logement et de ménage, classes de salaires, niveau d'études) ainsi que les caractéristiques liées aux déplacements quotidiens (activités lors d'un jour de travail, autres déplacements réguliers, parc automobile, kilomètres parcourus ...). Le taux de réponse atteint plus de 18% pour cette première phase. Afin de compléter ces principaux indicateurs de déplacements quotidiens des frontaliers, une seconde phase a été nécessaire pour approfondir la compréhension de leurs mobilités. Les informations relevées concernent des questions liées à leurs représentations, croyances et attitudes, tant au niveau énergétique que des modes de transport ou des questions de trajectoire résidentielle. Pour cela, un questionnaire complémentaire (4 pages) a été envoyé au printemps 2011 aux personnes ayant répondu à la première phase, avec un taux de retour de plus de 51%.
    Pratiques culturelles 2009 (Culture 2009)
    De septembre à décembre 2009 s'est déroulée la deuxième grande enquête culturelle commanditée par le Ministère de la Culture au LISER (ex-CEPS/INSTEAD). Loisirs socioculturels, habitudes de lecture, fréquentation des lieux culturels, pratique des médias ... sont quelques uns des thèmes abordés. Leur analyse permet de saisir les contours des pratiques culturelles et de mesurer leur évolution par rapport à la première enquête Culture réalisée en 1999. 2000 personnes, âgées de 15 ans ou plus, représentatives de la société luxembourgeoise, vont être interrogées (notons que le panel s'est élargi, puisqu'il était de 1600 personnes interrogées en 1999). Elles sont interrogées sur toutes les facettes des pratiques culturelles : musées, cinéma, théâtre, littérature, presse écrite ou audiovisuelle, spectacle vivant ou enregistré, musiques, sur leur « mode de consommation » (fréquence, en semaine, durant les week-ends ou les périodes de congés par exemple) et enfin sur leur appréciation globale sur l'offre disponible au Luxembourg.
    Enquête Mobilité résidentielle hors des frontières luxembourgeoises (EVALUX)
    Cette enquête, réalisée au printemps 2008 par le LISER (ex-CEPS/INSTEAD) en partenariat avec la fondation Forum Europa, a été administrée par courrier. Le champ de l'enquête concerne l'ensemble de la population des actifs occupés résidant au Luxembourg et qui se sont installés dans un pays frontalier entre 2001 et 2007, tout en conservant leur emploi au Grand-Duché. Quatre critères de sélection ont été retenus : (i) avoir déménagé du Luxembourg vers une commune allemande, belge ou française appartenant à la Grande Région, (ii) avoir effectué ce déménagement entre 2001 et 2007, (iii) avoir un emploi au Grand-Duché avant et après le déménagement, (iv) avoir séjourné au moins six mois dans le pays d'accueil. Finalement, ces critères ont abouti à la sélection d'une population-mère de 7 715 personnes. Globalement, cette population est en moyenne plus jeune et corrélativement un peu moins fortunée que la population active résidente du Luxembourg, sans que l'on puisse pour autant résumer ce phénomène à de la relégation résidentielle (Carpentier, 2010). L'analyse de la population de référence et la constitution de la base de contact, indispensables au bon déroulement de l'enquête, se sont appuyées sur les fichiers de l'Inspection Générale de la Sécurité Sociale (IGSS) du Luxembourg. Cette base de données administrative longitudinale, regroupant l'ensemble des personnes 'protégées' , c'est-à-dire les assurés des caisses de sécurité sociale du Luxembourg, est en effet la seule permettant de réunir dans un même fichier, avec une certaine profondeur temporelle, à la fois les résidents du Luxembourg ainsi que les frontaliers d'Allemagne, de Belgique et de France. Cette base de données étant individuelle, des questions relatives à la composition des ménages, et à leurs éventuelles transformations (séparation, mise en couple, naissance ...) au moment du déménagement, ont été ajoutées au questionnaire. Sur les 7 715 personnes contactées, avec un taux de réponse de près de 25%, l'enquête fournit finalement un échantillon de 1 939 répondants pour lesquels on dispose, outre des données sociodémographiques classiques, des adresses des domiciles successifs, ainsi que d'un certain nombre de lieux d'activités quotidiennes avant et après déménagement hors du Luxembourg. Plus précisément, dix types d'activités ont été proposés au enquêtés, à savoir : le lieu de travail, le lieu de travail du conjoint, les achats alimentaires, les visites chez le médecin, les activités sportives, les visites chez les amis, les visites chez un membre de leur famille, le coiffeur, les restaurants et le cinéma. Pour chaque type d'activité routinière, les individus devaient sélectionner le lieu où ils se rendent le plus souvent pour réaliser ladite activité. Pour des questions de temps de passation, les itinéraires ainsi que les horaires, les fréquences et les chaînes de déplacement n'ont pas été demandés dans ce questionnaire qui, rappelons-le, était auto-administré. Il ne s'agissait donc pas ici de collecter une journée type de déplacement mais de spécifier, à l'aide de leurs activités routinières, les lieux de vie quotidienne (et les déplacements qu'ils supposent) de ces nouveaux « frontaliers périurbains ».
    Enquête relative à la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE 2008)
    La base de données concerne la Responsabilité Sociale des Entreprises. Elle a été réalisée par l'Unité de Recherche « Entreprises » du LISER (ex-CEPS/INSTEAD) avec le soutien de l'Institut pour le Mouvement Sociétal (IMS Luxembourg). La base de sondage est construite à partir du répertoire des entreprises de l'Institut National de la Statistique Luxembourgeois (STATEC). La quasi-totalité des secteurs d'activités est concernée par cette enquête. La population est donc composée de 3 296 entreprises à partir desquelles un échantillon de 2 511 entreprises a été construit, en retenant toutes les entreprises de plus de 50 salariés appartenant à notre population, et en réalisant un sondage aléatoire stratifié pour les entreprises de 10 à 49 salariés. La collecte de données a été réalisée de mi-septembre à mi-décembre 2008, par voie postale. Les informations collectées décrivent la situation des entreprises en 2008. Le questionnaire a été envoyé aux entreprises en versions française et allemande. Une version en anglais était disponible sur demande. Nous avons obtenu 1 144 questionnaires valides. Les valeurs manquantes (non réponse partielle) n'ont pas été imputées.
    Assurance dépendance (enquête de satisfaction)
    Mise en place en 1999, l’assurance dépendance est la branche la plus récente de la sécurité sociale. La dépendance est définie comme le besoin, important et régulier, d’assistance d’une tierce personne pour effectuer les actes essentiels de la vie. L’objet de l’assurance dépendance est de compenser les frais générés par le besoin d’assistance d’une tierce personne. La population des bénéficiaires de l’assurance dépendance se répartit en deux groupes selon le lieu d’hébergement : à domicile ou en établissement d’aides et de soins. Les prestations reçues par les bénéficiaires hébergés en établissement sont apportées par le personnel soignant de l’établissement tandis qu’en cas d’hébergement à domicile, les prestations sont apportées par le personnel soignant des réseaux d’aides et de soins et/ou par une personne de l’entourage que l’on nomme l’aidant informel. Après cinq années d’existence, la Cellule d’Evaluation et d’Orientation de la branche Dépendance a souhaité procéder à un premier bilan par le biais d’une enquête de satisfaction auprès des bénéficiaires à domicile. L’enquête réalisée en 2006 et administrée en face à face au domicile des bénéficiaires, a été complétée par 83% de l’échantillon (échantillon représentatif de 1500 bénéficiaires). L’enquête reprend les différentes étapes de la procédure d’obtention des prestations de l’assurance dépendance, du retrait du dossier de candidature à la réception du courrier qu’on appelle « la décision » (modalités, difficultés et satisfaction). L’enquête aborde également le sujet des prestations, comme par exemple, la qualité des soins, la qualité des contacts et la prise en charge par les réseaux. Concernant les principaux résultats de l’enquête, les bénéficiaires se disent satisfaits ou très satisfaits de la manière dont leur dossier a été traité et de leurs prestations. 84% des bénéficiaires déclarent être « satisfaits » ou « très satisfaits » de la manière dont leur dossier a été traité par la Cellule. On notera toutefois que les dossiers des participants à l’enquête ont tous été positivement évalués. Quant aux prestations, la satisfaction est légèrement moins prononcée mais reste néanmoins très élevée : 72% des bénéficiaires se disent « satisfaits » ou « très satisfaits ».
    Panel Socio-Economique Liewen zu Lëtzebuerg III - Frontaliers (PSELL3 Frontaliers)
    Enquête réalisée auprès des frontaliers (allemands, belges, et français) afin de récolter leurs caractéristiques professionnelles, leurs conditions d'accès au marché du travail, les perspectives concernant leur emploi ainsi que leurs choix relatifs au lieu de résidence et leurs habitudes de déplacement domicile-travail.
    Enquête femmes employées privées
    Entre décembre 1995 et janvier 1996, 3 000 femmes ont participé à une enquête. Ces 3 000 femmes étaient toutes des employées privées qui travaillaient au Luxembourg. Cette enquête faisait partie d’un dispositif de recherche initié et financé par la Chambre des Employés privés et réalisé par le LISER. Cette recherche a permis de rassembler énormément d’informations, la plupart inédites, à propos des femmes employées privées. Concrètement, le questionnaire utilisé pour l’enquête couvrait huit thèmes: 1. Composition du ménage 2. Formation scolaire/professionnelle de base 3. Formation professionnelle continue 4. Description de la position professionnelle actuelle 5. Histoire professionnelle 6. Organisation du temps (Pôle professionnel/domestique) 7. Contraintes, solutions, souhaits dans le cadre de la conciliation : Vie professionnelle & vie familiale 8. Les Frontalières : quelques caractéristiques L’initiative de cette étude s’inscrit dans le contexte de la croissance récente de l’emploi féminin au Luxembourg entre 1987 et 1997, où l’emploi féminin a gagné 32 500 unités, et aujourd’hui, où par exemple, les femmes représentent 48% du groupe des employés privés. Cette croissance est évidemment visible dans les statistiques; mais elle s’est aussi révélée lors des dernières élections sociales, en effet les femmes élues lors du dernier scrutin sont plus nombreuses qu’auparavant. Ainsi, on dénombre aujourd’hui 8 femmes parmi les membres de l’Assemblée plénière de la Chambre des Employés privés. Ceci a aussi contribué à la prise de conscience de l’importance grandissante de l’emploi féminin. En s’intéressant de plus près à ce problème, on se rend compte qu’avant cette enquête il n’existait aucune étude spécifique consacrée aux conditions de travail des femmes au Luxembourg.